dilluns, 8 d’abril de 2013

Nostàlgia. La Bugada/Le Linge

 
 




Nostàlgia: Enyorança. Pena o Dolor de l'Absència...Malenconia...

Nostalgie: Tristesse dué à l'Éloignement...Regret...Mélanconie...


La nostra amiga Léa ens ha demanat una participació per a celebrar el seu primer any.
Una participació amb el tema del seu blog La Nostalgie de Léa.

Notre amie Léa nous a demandé une participation pour fêter son anniblog.
Une participation sur le thème de son blog La Nostalgie de Léa.




Podría parlar de tantes coses... 
Sobretot del meu pare.
De l'escola, les llargues tardes al sortir de classe, amb la mama i la ràdio.
Els estius a Flix jugant pels carrers, o a la falda de la padrina explicant-me contes.
La Nancy, i els diners que em donava la iaia i que jo estalviava per a comprar-li vestits.
La música, cantàvem, cantàvem tant. I la trompeta.
Els meus gossos, els animals que he estimat tant.
Els amics alemanys a l'estiu, la platja.
Les tardes cosint a les monges...jugant a goma als "martirs"...
i...

Je pourrais parler d'autant de choses...
Surtout de mon père.
De l'école, des longues après-midi en sortant de classe, avec maman et la radio.
Les étés à Flix jouant sur les rues, ou aux genoux de mamie en écoutant ces contes.
Ma poupée Nancy, l'argent que mammy me donnait pour lui acheter des robes.
La musique. Nous chantions, chantions autant! La trompette.
Mes chiens, tous les animaux lesquels j'ai aimé.
Nos amis allemands à l'été, la plage.
les après-midi cousant à l'école des nonnes...jouant avec la cinte élastique.
et...



Ja en parlaré, en una altra ocasió.
J'en parlérai en une autre occasion.


He pensat en les meves filles,
tinc veritable nostàlgia de la seva infància.
Cada cop que em poso a arreglar la seva robeta, no faig més que plorar.

J'ai pensé à mes filles,
j'ai vraie nostalgie de son enfance.
Je ne fais que pleurer chaque fois que je me mets en ménage de ses petits vêtements




La roba.
Rentar-la, estendre-la, plegar-la, planxar-la. Desar-la. 
Moments dolços, amb aquella robeta.

Le linge.
Laver, étendre, reprendre, repasser. Le ranger.
Des moments de douceur, avec ses vêtements.


El vell ribell de la mama
La vieille bassine de maman

Planxar com quan jugava
Reppasser comme quand je jouais

Aquesta nostàlgia fa que ens envoltem d'objectes que ens recorden d'altres temps. 
M'agrada fer servir encara coses antigues, nobles, i ben fetes.

Cette nostalgie fait que nous nous entourons d'objets lesquels nous souviennent de temps passés.
J'aime encore d'utiliser des choses anciènnes, nobles, bien faites.
 

 

I quan era petita, quina feinada la roba!Et qunad j'étais petite que de boulot le linge!


I rentaven la roba...
Et elles lavaient le linge...

La delicada amb Norit
Le délicat avec...


L'estenien...
Elles l'étendaient...


La planxaven...
Elles le repassaient...


 
La desaven.
Elles le rangeaient.





 
Després un cafè amb llet.
Après un café au lait. 



I quan havíem d'anar a rentar al riu?
Mais quand on avait de laver à la rivière?

Agafeu la tassa que us explicaré un conte,
d'aquells que em contava la Padrina.
Prenez la tasse que je vais vous raconter un conte,
un des que me racontait ma Mamie.





Un Conte

Una vegada hi havia una xica molt bonica que vivia amb la seva madrastra i la seva filla.
Era molt bona i li feien fer totes les feines de la casa, mentre elles vivien com a reines. 
Un dia la van fer anar a rentar la roba al riu
i de pas los budells del porc. 
Mentre rentava, se li va escapar un budell, riu avall. 
Seguint-lo, seguint-lo, va arribar al costat d'una gran pedra on hi havia una pobra vella. 
La noia li va dir:
Velleta, bona velleta,
bones vellatades fesseu,
 per bons caminets que passesseu,
heu vist passar per aquí un budellet?
La vella li va contestar:
Darrera esta pedra, filla meua, lo trobaràs. 
Quan hi va anar de darrera la pedra ni va sortir un raig de llum
i una estrella lluenta se li va quedar enganxada al front.

Quan va arribar a casa i la van veure 
li van demanar que expliqués que li havia passat.
En fer-ho la seva germanastra va insistir que ara hi anava ella.
Va agafar el cossi de la roba en los budells
 i quan va ser rentant-los ni va deixar anar un.
Va tirar riu avall i va trobar la pobra vella.
I li va dir:
Vellota, mala vellota,
males vellotades fesseu,
per mals caminots que passesseu,
heu vist passar per aquí un budellot?
La vella li va contestar:
Darrera esta pedra, filla meua, lo trobaràs.
Quan hi va anar, de darrera la pedra ni va sortir un ruc, 
 es va fer un pet i se li va enganxar al front el ses* del ruc!!!

Quan va arribar a casa i la van veure, va començar a cridar.
La seva mare va agafar un fregall i vinga fregar,
però encara frega ara. 
Es va quedar així per sempre més.
I la bona xiqueta sempre bella i enamorant 
en la seua estrella al front.
                                                                       
                                                                            *(Ses:extrem inferior de l'intestí recte).

( Il sera un peu difficile vous raconter ce conte
avec plusieurs de tournures de la langue populer, mais je vais éssayer)
 
 
Il était une fois une belle fille qui vivait avec sa mâratre et sa demi-soeur.
Tandis qu'elles vivaient comme reines elle ne fesait que travailler.
Un jour qu'elle a allé laver à la rivière le linge et aussi les boyaux du cochon,
un boyau se lui a échappé.
Elle marche en bas la rivière et trouve une pauvre vieille.
Elle lui dit:
Vieillette, bonne veillette,
 de bonnes choses faites-vous,
par bons cheminets passez-vous
Avez-vous vu passer un bouyonnet?
La veille lui répond:
Regardez-, ma fille, derrière cette pierre et vous le trouverez.
Lorsqu'elle y va un rayon de lumière lui pose une étoile sur son front.
 
Quand elle arrive chez soi et raconte son histoire,
sa demi-soeur insiste d'y aller elle.
Elle prit la bassine et y va.
lorsqu'elle est en les lavant en lâche un.
Elle marche la bas la rivière et trouve la pauvre vieille.
Et lui dit:
Vieillotte, male vieillotte,
de males choses  faites-vous,
par mauvais chemins passes-vous.
Avez-vous vu passer un bouyonnot?
Regardez-vous, ma fille, derrière cette pierre et vous le trouverez.
Quand elle y va y trouve un âne
qui en se fesant un pet, lui accroche son anus.
Lorsqu'elle retourne chez soi commence à crier.
Sa mère lui frotta et frotta sans parer
et encore frotte.
elle va rester ainsi toujours.
Et la belle fille toujours belle et en amour,
avec son étoile au front.
 
 
 
C'est comme ça comme me le racontais ma mamie...
Així me'l contava la padrina.
 
 
Passa el temps, tot canvia i oblidem.
L'altre dia el meu germà em va dir,
perquè no escrius aquells contes?
Doncs aquí en teniu un.
Per a anar a dormir.
Bona nit.
 
Le temps passe, Tout chang et nous oublions.
L'autre jour mon frère m'a dit,
pourquoi n'écrives pas ces contes-la?
Donc, voilà un.
Pour aller dormir.
Bonne nuit. 
 
 
 
 
 
 








36 comentaris:

  1. Aquestas preciosas fotos es mereixen un format més gran, gairebé m'as fet plorar d'enyorança, quins recors...
    i és que el temps passa tan ràpid ...
    Una forta abraçada i molts petons, i sort al joc també.
    Rosa

    ResponElimina
  2. EI!! Parles de temps més enrera que el nostre!!!
    Llegint-te fas veure com de ràpid passa el temps, jo també guardo i , de tant en tant endreço, les robetes de quan la xiqueta era petita, especialment les que va fer la meva àvia... és a dir la seva besàvia. Per cert, avui la Marta fa 18 anys!!

    PTNTS
    Dolça

    ResponElimina
  3. ¡Hola Sara!
    Que entrada más entrañable, es curioso como solo guardamos los buenos momentos que pesan más que los malos...bien porque fueron pocos (afortunadamente) o porque empezamos a tener memoria selectiva y nos quedamos con lo que más extrañamos.
    Coincidimos en muchísimas cosas...Nancy...¿has visto las nuevas reediciones? y hechas en Alicante ¡nada de en China!¡cómo las nuestras de niñas!, y también recuerdo el Azul Brasso que les ponian a la ropa blanca para obtener ligeros reflejos azules y potenciar el blanco, y las planchas de hierro de mi abuela que ponia sobre el fuego y para comprobar si estaban en su punto se mojaba un dedo y tocaba la superficie ¡aquello me aterraba jajaja!
    En fin...y los olores, es curioso como podemos tener memoria de olores.
    Para escribir un libro...tengo guardada la ropita de mis hijas con la excusa de "por si acaso me la piden algún dia..." pero se que es por mi, porque me gusta tener esa ropita tan chiquitina y recordar cuando eran muy pequeñas y no se separaban de mi...ahora es otra historia, imagino que es lo que toca.
    Me ha gustado mucho el cuento, muy original, nunca lo habia oido.
    Besotes y feliz semana, me quedo con tu nostalgia que es también la mia♥

    ResponElimina
  4. Bonjour Sara, ton conte est amusant et doit permettre de s'endormir le sourire aux lèvres. Merci beaucoup.

    ResponElimina
  5. En patois cévenol, on parle de "la bugade" pour évoquer la "lessive" (le fait de laver le linge)... Je comprends maitenant pourquoi.
    Bisous, Sara.
    Miss Tigri

    ResponElimina
  6. Voilà une bien belle histoire avant de s'endormir. Ton billet est magnifique. Gros bisous et douce nuit. Ta Calinquette

    ResponElimina
  7. Merci d'avoir partagé ce conte, Sara.
    Câlins au trio félin, bises.

    ResponElimina
  8. M'has fet llegir amb atenció. M'has emocionat. Jo he guardat durant anys la robeta de les meves filles i encara en tinc. I de la meva mare. Gràcies per tot el que dius. Moltes gràcies,
    Nani

    ResponElimina
  9. il était une fois.....un superbe billet que j'ai adoré,merci,bises .

    ResponElimina
  10. M'has fet emocionar moltíssim!!! ...i m'has fet tornar als primers mesos de vida dels meus fills, el Joan i la Cristina. Quan hi penso....tinc molta enyorança. Però....s'han de fer grans!! Han de créixer!!! ....i arribarà un dia que em volaran del niu.
    Petons,
    Olga

    ResponElimina
  11. Un très beau billet plein de nostalgie.
    Tu m'as fait penser à ma mère qui aimait tant laver le linge. Et il était si blanc ... rien à voir avec nos machines à laver.Le baquet sur son trépied, la lessiveuse sur un poêle bas, savon de Marseille et savon noir, les tréteaux ... Elle peinait trois grosses matinées durant pour laver tout le linge de la maison.
    Ma tante elle, ne lavait qu'une fois par mois, mais ils n'étaient que deux, à la cendre. Elle disposait linge et cendre dans une lessiveuse trouée et versait dessus l'eau bouillante.
    Pas de regret pour cette époque. Je préfère la machine à laver même si elle ne lave pas si bien.
    Gros bisous et belle journée !

    ResponElimina
  12. Merci Sara pour ce magnifique billet ! Ma maman n'a pas toujours eu de machine à laver, je l'ai connue laver le linge dehors dans un baquet, même quand il faisait très froid ! Chris a raison, le linge est moins blanc mais ça a été un grand progrès pour nous les femmes ! Et merci pour ce conte amusant et très moral !
    Belle journée à toi !
    Grosses bises
    Cathy

    ResponElimina
  13. Preciosa y melancólica esta entrada, llena de recuerdos que me traen a los míos,
    precioso cuento también.
    Será que estos días estoy más sensible pero me he emocionado mucho,

    besos
    ten una hermosa semana

    bbbsss

    ResponElimina
  14. Tinta cirera...m'agrada aquest nom...és original,especial,no sé,em diu algo...vinc a tornarte la visita,gracies per les teues paraules,si tú has trobat sensibilitat al meu blog,jo en el teu l'ha trobat multiplicada.Amb el teu permís,em quedaré per aÇí,crec que es un bon lloc per a relaxarme amb els teus escrits,cosa que em fa falta últimament...
    Gracies per aquesta entrada,m'ha fet recordar petites coses d'altre temps que m'agradaría que tornase,era més bonic que l'actual,al menys per a mí...
    besets y bona setmana!
    Carmen

    ResponElimina
  15. C'est Magnifique Sara merci pour ta participation Nostalgique
    Baciiiiiiiiiiiiiiiii et douce journée
    Patricia

    ResponElimina
  16. Ma copine a aimé aussi. Elle en a mangé la moitié !
    Pas de soucis, je t'en referai.
    Bises ensoleillées

    ResponElimina
  17. J'étais fatiguée, d'où les deux lundi verts qui finalement n'en ont fait qu'1 1/2 !
    Bises

    ResponElimina
  18. Un joli conte comme on les aime, ma grand-mère m'en racontait un similaire au tien !!!!! Ces jolies choses du passé qui nous rendent tant nostalgique, on ne peut que les garder précieusement, il y a tant de souvenirs liés à ces objets !!!! Ton billet est si joli .... Douce semaine à toi Sara
    ♥ Bises ♥

    ResponElimina
  19. Merci Sara pour ce magnifique billet nostalgique. Je me revois petite quand j'aidais ma mère à étendre son linge, qu'elle lavait dans un lavoir à la maison, avec une planche pour frotter le linge. Mais j'apprécie le progrès c'est bien pratique et il nous épargne beaucoup de peine.Ton conte m'a fait rire j'aime beaucoup. Je te souhaite une belle journée bisous

    ResponElimina
  20. La machine à laver le linge est bien la plus belle invention pour la femme!
    Ta participation au jeu de Patrcia-Léa est vraiment superbe et ton conte adorable!
    Gros bisous, Sara!
    Ghislaine

    ResponElimina
  21. Bonjour Tinta
    en Arrêté ne t 'més
    des fotos, Un conte
    uneix très nostàlgia Present
    voila sense bitllet rics i records
    toute ma Tendresse
    edith

    ResponElimina
  22. Très belle participation au jeu !! Et ce conte est super !
    Douce soirée
    Bises

    ResponElimina
  23. joli billet plein de nostalgie mais tellement vrai.
    bises
    laurence

    ResponElimina
  24. Mais j'aime comme tu lis mes billets. Ils te parlent, c'est évident. Nous sommes tout simplement, sur la même longueur d'onde.
    Bises et belle journée ! Ici, le vent s'est arrêté et il ne pleut plus.

    ResponElimina
  25. Je me suis surtout trompée, ce lundi !
    Bises

    ResponElimina
  26. Ton billet est plein de nostalgie ! Moi aussi j'ai un petit pincement au coeur quand je pense à mes enfants petits, le temps passe trop vite mais c'est ainsi la vie , on aura d'autres petits bonheurs!
    Bisous . Tinou

    ResponElimina
  27. Très jolie participation pour le blog de Nostalgie Lea. Muy bien ! Bises

    ResponElimina
  28. un bien joli billet ma douce!!!!!!!!!!!
    bizzzzzzzzzzzzz

    ResponElimina
  29. Il est rigolo ce conte!Moi aussi je suis nostalgique de mes bébés, j'ai gardé un peu de leurs habits qua j'avais brodés.

    ResponElimina
  30. Quel beau billet, les photos, l'écriture et les mises en scène, tout cela donnent à rêver et nous ramène bien des années en arrière.
    Douce nuit
    A bientôt
    Bizz

    ResponElimina
  31. Merci pour ton com....oui mon chat est trop sympa et très gentil.les sphinx ,sont des chat chien ,ils se comportent comme eux...
    Tes chats sont aussi sympa,et ton linge ancien j adore .
    Amicalement Chantal
    Titedamepicpatch-over.blog.com

    ResponElimina
  32. Quel joli billet Sara ...tu parles si bien de la nostalgie ...c'est pour tout ce que tu dis , que nous aimons tant les objets anciens...
    Merci pour ton adorable commentaire chez moi...Belle fin de semaine , bizous , Flo.

    ResponElimina
  33. la nostalgie est belle chez toi!Et tu le dis si bien!

    ResponElimina
  34. Non, la pianiste, qui a merveilleusement bien joué, est péruvienne, je crois. Ses ancêtres, peut-être ?
    Bises et belle journée !

    ResponElimina
  35. je ne connaissais pas ton tres blog maintenant c'est chose faite bravo
    je m'inscris à ta news

    ResponElimina
  36. Très joli conte, j'aime beaucoup

    ResponElimina

Gràcies per deixar el vostre comentari